coupe-de-champagne

17 déc
2014

Un nouveau directeur administratif et financier au champagne Laurent-Perrier

Après le départ d’Etienne Auriau, Laurent-Perrier annonce l’arrivée, début janvier 2015, de Philippe Lebannier en qualité de directeur administratif et financier.

Agé de 48 ans, Philippe Lebannier débute sa carrière professionnelle comme auditeur financier chez Coopers & Lybrand (PwC). Il rejoint le groupe Pernod-Ricard en 1994 où il occupera différents postes à responsabilités en France et à l’étranger. Il a notamment été directeur du contrôle de gestion de la société Ricard ainsi que directeur administratif et financier des filiales de Pernod Ricard au Mexique et en Corée du Sud. Depuis mars 2011, Philippe Lebannier était directeur de la trésorerie internationale au siège du Groupe. Il est diplômé de l’Université Paris-Dauphine. Après la nomination de Stéphane Dalyac à la Présidence du Directoire en septembre dernier, Laurent-Perrier confirme sa volonté de s’appuyer sur des profils internationaux pour accompagner son développement dans le monde entier.

Posté par sophie claeys-pergament dans économie | Aucun Commentaire »

15 déc
2014

Selon une société d’études, le champagne Ruinart serait la marque idéale des Français

En moyenne, les Français achètent 3 bouteilles de champagne par an. Une moyenne qui cache il est vrai de fortes disparités. S’ils sont 21% des Français à déclarer acheter 1 à 2 bouteilles par an, soit très occasionnellement, ils sont également 24% d’entre eux à acheter plus d’une bouteille tous les deux mois (soit 6 bouteilles au minimum par an). l’approche des fins d’année, la société de conseil et d’études Promise / Panel On The Web a souhaité interroger un large échantillon représentatif des foyers français (1.605) sur leurs habitudes en matière de consommation de champagne mais plus encore sur les marques de vins de champagne qui les font rêver.

Ruinart_CellarCase_open_HRRuinart est la marque de champagne idéale des Français, tant auprès des hommes que des femmes, des jeunes (18-34 ans) que des moins jeunes (55 ans et +). La marque est jugée idéale ou proche de l’idéal par 57% de notre échantillon alors que seulement 5% de notre échantillon la juge éloignée ou très éloignée de leur idéal de champagne. Hommage des Français à la plus ancienne maison de champagne ? « Née en 1729, Ruinart est la première Maison de Champagne. Avant elle, il n’en existait pas. A sa source, l’intuition d’un moine qui devançait son temps » (source : ruinart.com). Pour nos experts, Hélène Capgras et André Mazal, ce résultat trouve sa justification dans le fait que « Ruinart, c’est un peu le secret que tout le monde connaît. Une offre ouverte en cœur de gamme, une image équilibrée entre valeurs masculines et féminines, un champagne à la fois bien distribué mais relativement discret ». Rappelons pour finir que le cépage Chardonnay est revendiqué par la maison comme l’âme et le fil d’or du goût Ruinart, à la fois pour sa fraîcheur aromatique et sa grande délicatesse.

Deux marques ferment le trio de tête. Roederer et Veuve Clicquot avec pour l’une et l’autre 48% de notre échantillon qui les jugent idéales ou proches de leur idéal en tant que marques de champagne. Roederer surfe sans doute sur son image un peu plus « people » que d’autres icônes de la région (Dom Pérignon). Quant à Veuve Clicquot, est-il surprenant que ce champagne soit encore plus apprécié des femmes que des hommes ? Madame Clicquot ne s’est-elle pas imposée « comme une grande figure féminine dans le monde des affaires » ? C’est en tout cas ce que la marque se plaît à rappeler à chaque remise du Prix Veuve Clicquot de la Femmes d’affaires, dont c’est en 2014 la 42ème édition.

En dehors naturellement des valeurs sûres (Veuve Clicquot, Moët et Chandon, Mumm, etc.) ou des marques plus iconiques encore (Krug, Deutz, Dom Pérignon, etc.) que l’on retrouve bien placées dans ce classement, soulignons la bonne position de marques plus générationnelles qui ont fait un important travail d’initiation et de rajeunissement. Nicolas Feuillatte, un champagne accessible, moins intimidant pour les moins de 35 ans et Pommery dont les déclinaisons festives (« la petite bouteille bleue ») ont permis d’initier les plus jeunes à la magie du breuvage aux fines bulles.

Posté par sophie claeys-pergament dans appellation Champagne, degustation, économie | Aucun Commentaire »

15 déc
2014

Les trésors cachés du champagne Bollinger

Il en existe un ou deux en Champagne. Il s’agit d’un aphromètre laser. «C’est l’appareil que l’on rêve d’avoir, celui qui permet de mesurer la pression de la bouteille», explique Denis Bunner, chef de caves adjoint chez Bollinger. De fait, jusque-là, la mission était impossible puisque destructrice. Il fallait percer le bouchon pour voir ce qu’il se passait à l’intérieur. Grâce à l’aphromètre laser, c’est possible. «Cet appareil permet de faire des mesures sans perdre la bouteille, tout en suivant et en comprenant les échanges gazeux autour du vieillissement, car l’on sait effectivement que plus le vin est vieux, moins la pression est importante.»

Un héritage exceptionnel

Pourquoi un tel investissement (au moins 100 000 euros pour un banc de test) au sein de la vénérable maison Bollinger? «Parce que nous possédons un patrimoine fabuleux», explique Jérôme Philipon, président du directoire des champagnes Bollinger. Un héritage composé d’une part, d’archives papiers exceptionnelles transmises de génération en génération par la famille Bollinger depuis la création de la maison en 1829, d’autre part, de milliers de flacons remontant jusqu’à 1830. Un apanage découvert il y a peu.

«C’est en rangeant, en nettoyant nos caves (près de six kilomètres) que nous avons trouvé des niches où étaient rangés en pointes ou tête bêche, des millésimes très anciens.» Dont un caveau qui servait de débarras bouché par des bouteilles vides. En enlevant les «cadavres» de verre, on a découvert une petite cave qui contenant quelques milliers de flacons.

Des magnums de mono cru de Verzenay remontant à 1928, des millésimes de 1911, 1910 et également des bouteilles dont le planchon indiquait «CB 14» qui datent de 1830 (NDLR: rappelons-le, la plus vieille bouteille de champagne actuellement en cave remonte à 1825 et appartient à Perrier-Jouët). Sur ce trésor dissimulé, on n’en saura pas plus. Ni sur les raisons de cette cachette, un secret bien gardé durant des décennies.

«D’autres lots remontent à 1914, 1918, 1928 ou encore 1893 qui, d’ailleurs, était, à l’instar de 2003, une vendange très précoce qui avait démarré fin août», observe Denis Bunner. De belles réserves importantes de bouteilles, mais dans des états très divers et plus ou moins remplies.

Seulement treize flacons préservés sur cinquante-quatre

Pour mettre en valeur ses vins, un chantier de restauration a été entamé avec l’aide de l’aphromètre laser. Ce dernier permettant de mieux apprécier la manière de dégorger au vu de la pression. Cette technique non effractive effectue la mesure en utilisant l’absorption de la lumière infrarouge par la molécule du dioxyde de carbone (le CO2) au niveau de l’espace de tête de la bouteille. Pour constituer une future œnothèque qui devrait être assez complète et particulièrement intéressante, les flacons ont été débouchés et rebouchés avec des bouchons en plein liège, marqués du millésime de l’année. Bien sûr, ils ont également été remis à niveau. Ce qui a entraîné une sacrée perte, d’après Gilles Descôtes, chef de caves de Bollinger «sur cinquante-quatre flacons de 1830, nous avons réussi à en préserver treize.»BOLLINGER BOLLINGER

Posté par sophie claeys-pergament dans degustation, Hommes du vin, vinification | Aucun Commentaire »

13 déc
2014

De Paris au Brésil, les bars éphémères de Veuve-Clicquot

veuve clicquot barAujourd’hui et demain, la Veuve Clicquot met à l’honneur son univers au sein d’un espace éphémère, baptisé La Messagerie (rue de Turenne à Paris)
Pendant deux jours, la maison  rendra ainsi  hommage aux relations épistolaires en proposant une immersion dans la correspondance historique que Madame Clicquot a entretenu avec ses différents distributeurs à travers le monde. Rappelons que la Veuve Clicquot est pionnière de l’exportation de son champagne.  Le lieu offre on parcours participatif pour découvrir des anecdotes historiques mais aussi un pop-up store à découvrir sous la forme d’un bureau de poste.  La Messagerie accueillera un bar éphémère qui permettra aux amateurs de fines bulles de savourer une coupe de Veuve Clicquot Brut Carte Jaune (12 euros / 65 euros la bouteille).  A noter également, mais c’est un peu plus loin, mais nettement plus chaud, ce bar éphémère sur une plage du Brésil.vVVE

Posté par sophie claeys-pergament dans anecdote | Aucun Commentaire »

12 déc
2014

Du Taittinger Brut réserve servi au banquet des Prix Nobel à Stockholm

Le champagne Taittinger a eu  l’honneur d’être servi le 10 décembre, à Stockholm à l’occasion des festivités de remise des Prix Nobel. Ce n’est pas la première fois que les lauréats, membres de la famille royale ou autres invités de marques ont  le plaisir de déguster le porte-drapeau de la maison rémoise puisque les bulles du Taittinger Brut Réserve avaient déjà accompagné l’évènement en 1995.  Pour cette année,  cette cuvée  a accompagné  une « Crème de Chou-fleur, mosaïque de crabe royal rouge, petits pois et écrasé de choux mariné ». C’est l’égérie de la maison, Vitaly Taittinger qui a représenté la marque. SWEDEN-NOBEL-PRIZE

Posté par sophie claeys-pergament dans people | Aucun Commentaire »

12 déc
2014

2, 4 milliards d’euros, un record pour les exportations champenoises en 2014

Lors de l’assemblée générale de l’Association viticole champenoise, Jean-Marie Barillère, président de l’Union des maisons de champagne a annoncé un chiffre record en termes d’exportations : près de 2, 4 milliards d’euros (soit 145 millions de bouteilles) JEAN MARIE BARILLERE sur les 4, 5 milliards de chiffre d’affaires envisagés pour la fin de l’année.

Posté par sophie claeys-pergament dans économie | Aucun Commentaire »

12 déc
2014

Pierre Emmanuel Taittinger nommé à la présidence de l’AVC (Association viticole champenoise)

Après le vignoble,  le négoce, comme le veut la tradition, lors de la dernière grande messe de l’Association viticole champenoise (AVC)CHAMPAGNE TAITTINGER,  le président Jean-Louis Normand après 4 ans de mandat laisse sa place à Pierre Emmanuel Taittinger. L’AVC rassemble aujourd’hui l’ensemble des vignerons, coopératives et maisons de champagne. Ses missions sont d’encourager et de développer l’innovation technique dans le respect de la qualité ; de diffuser l’information technique vers l’ensemble des opérateurs de la filière en particulier au travers de la revue Le vigneron champenois.

L’AVC s’appuie sur un réseau de 260 correspondants locaux.

Posté par sophie claeys-pergament dans évènements champenois | Aucun Commentaire »

10 déc
2014

Les derniers chiffres des expéditions champenoises (+0,1%)

Pour le mois d’octobre 2014, les statistiques des expéditions de vins de Champagne indiquent un volume de 36,2 millions de bouteilles, stable (+0,1 %) par rapport à celui d’octobre 2013. Les vignerons sont en hausse de 4,8 % alors que les coopératives (-1,6 %) et les maisons (-0,6 %) sont en retrait. Les pays tiers (+13,2 %) et l’Union européenne (+0,5 %) progressent tandis que la France est en recul (-5,9 %). Pour les dix premiers mois, les expéditions augmentent de 1 % par rapport à la même période de 2013 et s’établissent à 217,7 millions de bouteilles. La France, qui représente 49,3 % des expéditions, est en repli de 2,9 %, à 107,3 millions de bouteilles tandis que l’export (Union européenne et reste du monde) augmente de 5,2 %. L’Union européenne progresse de 3,2 % et représente, avec 54,1 millions de bouteilles, 24,9 % des expéditions. Les pays tiers, en croissance de 7,1 %, constituent 25,8 % des expéditions avec 56,2 millions de bouteilles.

Sur douze mois, les expéditions sont en hausse de 1,3 % et atteignent 307,2 millions de bouteilles. (Comité Champagne)

Posté par sophie claeys-pergament dans économie | Aucun Commentaire »

04 déc
2014

Le Champagne Bollinger, partenaire de James Bond depuis 1973. Et ça continue…

Encore fois, la maison d’Aÿ va faire parler d’elle grâce au plus célèbre agent secret britannique. En effet, la marque Bollinger est de nouveau partenaire du prochain James Bond. Le champagne Bollinger et James Bond… c’est une collaboration ininterrompue depuis 1973. On se souvient que lors du dernier opus « Skyfall », le 23 ème de la saga, c’est la RD 1997 qui avait été mis en valeur (un peu) dans le film. Bollinger est devenu le champagne préféré du plus célèbre agent au permis de tuer dès le premier roman de Ian Fleming Les Diamants sont éternels, publié en 1956. De fait, si James, sous les traits de Sean Connery, a fait quelques infidélités à la marque dans les deux premiers films, en manquant notamment de briser une bouteille de Dom Pérignon dans « James Bond 007 contre Dr. No » en 1962… Jamais plus jamais, James Bond n’a dégusté un autre champagne que Bollinger depuis 1973.
Dans « Vivre et laisser mourir », Bond qui attend une visite commande une bouteille de Bollinger depuis sa chambre d’hôtel. Une simple mention verbale alors… Depuis, la maison n’a eu de cesse de proposer des cuvées aussi empruntes d’excellence, d’authenticité et d’élégance que l’espion de sa très gracieuse Majesté. Dans « Moonraker », Bond goûte un millésime 69. Ce sera un millésime 75 au restaurant Jules Verne de la Tour Eiffel dans « Dangereusement vôtre » en 1985. Dans « Tuer n’est pas jouer », en 1987, Timothy Dalton, lors d’une scène au casino, se fait servir une bouteille de Bollinger RD 79. La Grande Année 1988 fait son apparition en 1995 dans « GoldenEye ». Ce sera une Grande Année 1989 dans « Demain ne meurt jamais » en 1997, une Grande Année 1990 – au lit avec Sophie Marceau – dans « Le monde ne suffit pas » en 1999, mais également dans « Casino Royal » en 2006, un Bollinger 1961 et la Grande Année 95 dans « Meurs un autre jour » en 2002 ou encore une Grande Année 99 dans « Quantum of Solace » en 2008. bolinger

Posté par sophie claeys-pergament dans anecdote | Aucun Commentaire »

04 déc
2014

Le prix du livre de chef du champagne Collet décerné à Régis Marcon

REMISE PRIX CHAMPAGNE COLLETLa remise du prix champagne Collet du livre de chef 2014 s’est déroulée à la villa Collet à Aÿ, en présence de l’acteur François-Xavier Demaison, parrain de cette deuxième édition. La version 2014 de ce prix littéraire a réuni neuf chefs français de haut vol, au cours de neuf dîners donnés au club parisien la Table Ronde. Chaque chef a réalisé son dîner devant un jury de professionnels afin de présenter quelques recettes extraites de son ouvrage et expliquer ainsi sa démarche littéraire. C’est le chef Régis Marcon, du restaurant Régis et Jacques Marcon, trois étoiles Michelin à Saint-Bonnet-le-Froid, qui a remporté le prix Collet avec son livre Champignons aux éditions La Martinière qui, comme son nom l’indique, est consacré à l’univers du champignon avec des souvenirs d’enfance, des rituels de cueillettes et des secrets de préparation.

Posté par sophie claeys-pergament dans gastronomie | Aucun Commentaire »